Jerónimo Guerra

Nationalité Espagnol, Castillan
Origine Burgos (Castille-et-León, Espagne) [1]
Alias Jerónimo Guerra [2]
Gerónimo Guerra [3]
Iherónimo Guerra [4]
Navire San Antonio
Fonction Notaire (Escribano), puis Trésorier de la flotte (Tesorero), [5] puis Capitaine du San Antonio [6]
Note(s)
Destin Survivant – Déserteur [7]
  Jerónimo Guerra, comme le reste de l’équipage du San Antonio, fit défection à l’embouchure du Détroit de Magellan et revint en Espagne.

 

Jerónimo Guerra est originaire de Burgos, cité qui fut longtemps la capitale de la Vieille-Castille (Castilla la Vieja), puis celle de la communauté autonome de Castille-et-León (avant d’être remplacée par Valladolid).

Les deux variantes de son prénom existent en espagnol.
Si la variante « Gerónimo » est celle retenue dans la version « rectifiée » des archives officielles, datant de 1815 et réalisée par Don Ventura Collar y Castro, officier supérieur et archiviste des Archives Générales des Indes, la version « Jerónimo » semble plus courante dans les documents d’époque.

 

 

Par la cédule royale du 20 juillet 1519, Jerónimo Guerra est incorporé au sein de l’armada comme escribano avec un salaire de 30 000 maravédis par an. Il est présenté comme « un homme habile et ayant une assez bonne connaissance des choses de la mer ». [8]
Le caractère très formel de son incorporation tient sans doute au fait qu’il est un parent et un serviteur de Cristóbal de Haro [9] : riche marchand, celui-ci participe au financement de l’expédition de Magellan pour le compte de la maison Fugger (des banquiers d’Augsburg).

 

Durant le premier jour de la Mutinerie de Pâques, c’est dans la cabine de Guerra qu’est emprisonné le capitaine Álvaro de Mezquita ; on ignore la raison de ce choix.
La rébellion matée, Fernão de Magalhães nomme Jerónimo Guerra comme Trésorier de la flotte. [10] Si ses agissements durant la mutinerie ne sont pas connus, le fait qu’il accède à une telle fonction montre la confiance que lui portait Magellan.

 

Son implication dans la mutinerie du San Antonio, qui a lieu le jeudi 8 novembre 1520 dans le Détroit de Magellan (Estrecho de Todos Los Santos), est plus trouble. Le meneur semble avoir été le pilote Estêvão Gomes ; cependant, c’est avec Guerra comme capitaine que le navire arrive en Espagne. [11] Il est possible que l’homme ait été désigné pour cette fonction (il était courant à l’époque qu’un capitaine soit élu par l’équipage). En tant que lettré et trésorier, il était en quelque sorte le personnage de plus haut rang du navire. [12] Néanmoins, il faut garder à l’esprit qu’il n’aurait pas pu être élu capitaine s’il s’était opposé à la révolte.

 

Lorsque le San Antonio arrive à Séville le mercredi 8 mai 1521, Jerónimo Guerra est emprisonné à la Casa de la Contratación en compagnie de Estêvão Gomes, Francisco de Angulo, Juan de Chinchilla et Gutierre Méndez García, dit « Gutierre de Tuñón », dans l’attente de directives royales vis-à-vis des déserteurs. (Álvaro de Mezquita est également jeté en prison, mais à part car il est victime d’accusation de la part des mutins).
Tous seront ensuite transférés, fin mai, à Burgos, où réside l’archevêque Juan Rodríguez de Fonseca, tête pensante de la Casa de la Contratación.

La date de sa libération n’est pas connue. Mais on peut supposer qu’elle fut peu ou prou la même que pour Estêvão Gomes, à savoir le vendredi 4 octobre 1521 (soit six mois d’incarcération). [13]

 

 

<  Retour au listing des équipages

 

________

[1] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), LXIX, p.229
Mazón Serrano, La tripulación, #67

[2] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), XXXIX, p.55 & LXIX, p.229
Bernal, Sucesos desafortunados de la Expedición (2015)
Bernal, Relación de la gente que llevó al descubrimiento de la Especiería (2014), p.17
Queirós Veloso, Revue d’histoire moderne : Fernao de Magalhaes, sa vie et son voyage (1939), p.480 & p.510 note 4

[3] Bernal, Relación de la gente que llevó al descubrimiento de la Especiería (2014), p.26
Denucé, Magellan – La question des Moluques et la première circumnavigation du globe (1911)
Mazón Serrano, La tripulación, #67

[4] Bernal, Relación de la gente que llevó al descubrimiento de la Especiería (2014), p.17

[5] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), LXIX, p.229
Denucé, Magellan – La question des Moluques et la première circumnavigation du globe (1911), p.291
Queirós Veloso, Revue d’histoire moderne : Fernao de Magalhaes, sa vie et son voyage (1939), p.480

[6] Bernal, Sucesos desafortunados de la Expedición (2015), p.6 :
« Por capitán venía Jerónimo Guerra, escribano de la armada, que traían preso a Álvaro de Mezquita, primo de Magallanes ».

[7] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), LXIX, p.229
Mazón Serrano, La tripulación, #67
Sanlucardigital.es

[8] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), XXXIX, p.55

[9] Bernal, Relación de varios acaecimientos sucedidos a la armada de Magallanes cuando iba a la Especiería, y vuelta de la nao San António el 8 de mayo de 1521, que surgió en el puerto de las Muelas (2015)

[10] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), LXIX, p.229
Queirós Veloso, Revue d’histoire moderne : Fernao de Magalhaes, sa vie et son voyage (1939), p.480
Kronobase

[11] Bernal, Relación de varios acaecimientos sucedidos a la armada de Magallanes cuando iba a la Especiería, y vuelta de la nao San António el 8 de mayo de 1521, que surgió en el puerto de las Muelas (2015)

[12] Deux autres personnes auraient pu prétendre à ce rôle : Estêvão Gomes, le pilote ; Diego Hernández, le maître d’équipage (contramaestre), qui connaissait bien les hommes à bord.
Quant au maître de bord (maestre) Juan de Elorriaga, il était décédé des blessures reçues durant la Mutinerie de Pâques (mercredi 15 juillet 1520) et on ne sait pas qui l’a remplacé à cette fonction.

[13] Pour plus de détails sur le retour du San Antonio, voir le billet dédié : Arrivée en Espagne des déserteurs du San Antonio

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s