Les Philippines et la question du Traité de Tordesillas

 

Dimanche 17 mars 1521
Homonhon (Philippines)

Au matin, deux tentes sont dressées pour y installer les malades (la plupart souffrent sans doute du scorbut, mais aucune précision n’est faite à ce sujet). Une truie, capturée sur l’île des Larrons, est tuée pour fournir de la viande fraîche. Une source fournit une excellente eau potable. [1]

Globalement, les équipages se reposent après l’enfer de la traversée du Pacifique. Ils n’ont pas de contact avec les locaux et ne cherchent semble-t-il pas à en avoir dans l’immédiat (peut-être par peur d’une mauvaise rencontre).

Antonio Pigafetta nomme l’endroit « Aiguade des bons signes » (Aguada de los Buenos Indicios, ou Aiguada degli Buoni Segnali) ; pour Ginés de Mafra, il s’agit simplement de « La Aguada ». [2]

 

Sur place, ils se rendent compte qu’il s’agit d’un archipel et nomment l’endroit San Lázaro (Saint Lazare, ou Lazare de Béthanie), dont on fête la résurrection en ce 17 mars. [3]

 

Pigafetta indique que le-dit archipel se trouve par 10°N et 161° à l’ouest de à la ligne de démarcation. [4]
Si Homonhon se trouve par 10,75°N, le relevé de longitude pose question.

La « ligne de démarcation » n’est autre que le méridien de Tordesillas (46,62°W de nos jours). Homonhon se trouve par 125,74°E par rapport à l’actuel méridien de Greenwich ; soit, 187,64° à l’ouest du méridien de Tordesillas (car Pigafetta l’indique de cette manière). [5]
Comment a-t-il pu commettre une telle erreur ?

 

Il est évident que le Lombard n’a pas calculé cela lui-même (il en était incapable). Selon toute vraisemblance, les mesures de positions lui sont données par l’un des pilotes, peut-être Andrés de San Martín, pilote et cosmographe réputé en son temps (et dont on imagine mal se tromper ainsi de plus de 30°).
S’agit-il donc d’une erreur de Pigafetta au moment de reporter l’information ou d’une erreur de transcription datant du XVIe siècle ?
Certains auteurs modernes avancent une autre hypothèse : l’erreur n’en serait pas une, et serait tout à fait volontaire.

Le méridien de Tordesillas coupait la planète en deux ; ainsi, le méridien tracé au niveau de l’Atlantique se prolongeait de l’autre côté du globe, au niveau de l’Asie. Suivant sa position, les Moluques se trouvaient soit en territoire portugais, soit en territoire espagnol.
Afin de persuader le roi d’Espagne Carlos Ier de financer son expédition, Fernão de Magalhães lui affirma qu’il pourrait ainsi prouver que les « Îles aux Épices » se trouvaient bien en territoire Espagnol.
Même s’il n’était pas encore arrivé aux Moluques (dont il ignorait la position exacte, pour n’y avoir jamais mis les pieds), Magellan avait donc intérêt à situer l’archipel San Lázaro (Les Philippines) à moins de 180° de la ligne de démarcation, pour en faire une possession espagnole. Raison pour laquelle le journal de Pigafetta comporterait cette erreur, reprise par la suite par Maximilianus Transylvanus.

Un élément vient cependant tempérer cette thèse de la falsification : Francisco Albo, dans son journal de bord, note que les îles se trouvent à 189° de la ligne méridienne [6] (ce qui est remarquablement juste compte tenu des difficultés de l’époque à calculer la longitude [7] ).
Les marins n’ignoraient donc pas où ils se trouvaient.
Surtout que, comme le précise le pilote génois (Leone Pancaldo ou Giovanni Battista da Ponzoroni), il s’avère que les habitants de Suluan ont déjà rencontré des « hommes comme eux », à savoir des Européens. Et très certainement des Portugais, qui contrôlent les routes commerciales de toute l’Asie du sud-est. [8]

De fait, l’escale à Homonhon constitue une étape majeure : si San Lázaro (Les Philippines) se trouve en territoire portugais, les Moluques le sont sans doute également. Ainsi, découvrir un passage vers l’ouest en contournant l’Amérique par le sud n’a plus aucun intérêt pour la couronne d’Espagne, qui ne peut revendiquer les Îles aux Épices.
D’un point de vue politique et économique, l’expédition de Fernão de Magalhães serait, à ce moment-là, un échec. Et le navigateur portugais le sait.
Dès lors, on peut se demander si cette prise de conscience n’a pas pu conditionner (au moins en partie) la suite des évènements, et notamment le fameux assaut sur l’île de Mactan, où Magellan va trouver la mort.

 

Néanmoins, l’entreprise n’était pas si irraisonnée que cela, et le sort des Moluques s’est joué à peu de choses. Magellan l’ignore, mais Ternate, l’île des Moluques où vit son ami (et peut-être cousin) Francisco Serrão, se trouve en réalité légèrement plus à l’est que Homonhon par rapport à Greenwich et donc plus proche du méridien de Tordesillas (auquel se réfère Pigafetta), à 186,02° à l’ouest de celui-ci précisément. Pour six petits degrés, les îles aux Épices se trouvent bien en territoire Portugais.
Le traité de Saragosse du 22 avril 1529 viendra (en partie) clarifier les choses, plaçant la seconde ligne de  démarcation à 17° à l’est des Moluques, soit 11° de plus que nécessaire. Ainsi, le Portugal se retrouve en possession d’une plus grande portion du globe que l’Espagne (191° contre 169°). Curieusement, les Philippines ne furent pas mentionnées dans le traité. Charles Quint, estimant que les Portugais ne protesteraient guère, décidera de coloniser l’archipel (installation qui sera effective sous le règne de son fils Philippe II, en 1565, et à laquelle les Portugais se s’opposeront effectivement pas).

Carte - Asie Sud-Est - Philippines, Moluques et Méridiens Saragosse
Carte figurant la position des Philippines et des Moluques par rapport au méridien théorique et celui du Traité de Saragosse (1529)

 

 

Arrivée aux Philippines   |   Rencontre avec les Philippins  >

 

<  Retour au Journal de Bord

 

________

[1] Pigafetta, Primer viaje alrededor del Globo (Civiliter p.43 ; Charton p.296)
Queirós Veloso, Revue d’histoire moderne : Fernao de Magalhaes, sa vie et son voyage (1939), p.490

[2] Une « aiguade » désigne la cargaison d’eau douce d’un navire et, par extension, « faire aiguade » désigne l’endroit où l’on se ravitaille en eau douce.
Pigafetta, Primer viaje alrededor del Globo (Civiliter p.43-44 ; Charton p.297)
Ginés de Mafra, Libro que trata del descubrimiento del Estrecho de Magallanes (1542), p.198

[3] L’historien portugais José Maria de Queirós Velos indique que les Espagnols les appelèrent « îles du Ponent » durant plusieurs décennies. En 1543, l’explorateur espagnol Ruy López de Villalobos nommera l’île de Leyte « Filipina », en l’honneur du fils aîné de Charles Quint, le prince Philippe II de Habsbourg. Le nom sera ensuite étendu à tout l’archipel.
Queirós Veloso, Revue d’histoire moderne : Fernao de Magalhaes, sa vie et son voyage (1939), p.490 note 2

[4] Pigafetta, Primer viaje alrededor del Globo (Civiliter p.44 ; Charton p.297)

[5] Homonhon est à 125,74° à l’est de Greenwich, et le méridien de Tordesillas à 46,62° à l’ouest de Greenwich. Ainsi, Homonhon se trouve à 172,36° à l’est du méridien de Tordesillas (46,62°+125,74°=172,36°).
La circonférence de la Terre faisant 360°, Homonhon se situe à 187,64° à l’ouest du méridien de Tordesillas (360°-172,36°=187,64°)

[6] Bernal, Derrotero de Francisco Albo (2015), p.13

[7] Pour plus d’informations à ce sujet, voir les articles Wikipédia (FR) :
Nécessité du calcul de la longitude  |  Mesure de la longitude

[8] Sir Stanley of Alderley, The First Voyage Round the World – The Genoese Pilot’s Account of Magellan’s Voyage (1874), p.11

Publicité

2 réflexions sur “Les Philippines et la question du Traité de Tordesillas

  1. Bonjour,

    Il me semble qu’une erreur vient de se glisser dans ton texte : « Au matin, deux tentent sont dressées ».
    Je pense que c’est le mot « tentes » qu’il te faudrait utiliser, et non le verbe « tenter ».

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s