Sebastián Ortiz

Nationalité Portugais
Origine Gelves (Andalousie, Espagne) ou Elvas (Portugal)
Alias Sebastián Ortíz [1]
Sebastián Ortiz [2]
Sabastián [3]
Navire Victoria
Fonction Mousse (Grumete)
Note(s) Fils de Juan Ortiz et Ana González, originaires d’Elvas (Yelves) [4]
Destin Décès (20/09/1522) [5]
  Sebastián Ortiz décède lors de la tentative de retraversée du Pacifique de la Trinidad

 

L’origine exacte de Sebastián Ortiz est incertaine, même s’il semble qu’il ait été Portugais.

Les listings d’équipages indiquent que ses parents venaient d’un lieu nommé « Gelves ». [6] Il existe bien une ville du nom de Gelves, dans la province de Séville, en Andalousie. Celle-ci se trouve en bordure du Guadalquivir, à quelques 5 km au sud-ouest du Casco Antiguo, le centre historique de Séville (et fait aujourd’hui partie de la banlieue de la cité andalouse).
Dans le document indiquant des avances faites à certains marins, il est précisé qu’il est Portugais (portugués).[7] Il appartiendrait donc une famille portugaise établie dans les environs de Séville.
Cependant, la liste des soldes dues aux marins (survivants ou décédés), établie après le retour de la Victoria à Séville (08/09/1522), indique tout autre chose : les parents seraient originaires de « Yelves au Portugal ». [8] Yelves est l’ancien nom de la ville d’Elvas, dans la région de l’Alentejo. [9]
Il n’est donc pas possible de conclure de manière définitive. Les personnes qui ont enregistré Sebastián Ortiz en 1519 ont-elles mal compris ses propos et interprété qu’il venait de Gelves ? Ou au contraire, ceux qui ont établi les documents en 1522 ont décrété qu’il venait de Yelves ? Était-il même véritablement Portugais ?

Son nom, comme ceux de ses parents, sonnent espagnols. Mais là encore, impossible de trancher : avaient-ils adopté des noms ibériques car vivant en Espagne, ou bien sont-ce les fonctionnaires de la Casa de Contratación qui ont hispanisé les noms, comme ils le faisaient pour tous les étrangers ?

« Ortiz » est un patronyme d’origine basque (qui ne prend pas d’accent).

 

 

Sebastián Ortiz embarque comme mousse (grumete) à bord de la Victoria.

Il se trouve à bord de la Trinidad lorsque celle-ci quitte Tidore (Moluques), dimanche 6 avril 1522.

Sebastián Ortiz décède le samedi 20 septembre 1522, alors que la Trinidad se trouve quelque part dans l’océan Pacifique, non loin de l’atoll Ngulu, dans l’archipel des Carolines.

 

 

<  Retour au listing des équipages

 

________

[1] Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.14
Bernal, Relación de la gente que llevó al descubrimiento de la Especiería (2014), p.21 & p.30
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #196

[2] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), XLVII p.78 & LXVI, p.196 & LXVII, p.203 & LXVIII, p.235

[3] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1920), XI. Relación de la gente que murio en la nao « Trinidad »

[4] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), XLVII p.78 : « hijo de Juan Ortiz éAna González, vecinos de Gelves »
Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), LXVIII, p.235 : « hijo de Juan Ortiz e de Ana González, vecinos de Yelves, que es en Portogal »
Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.14 : « hijo de Juan Ortíz y Ana González, vecinos de Gelves »

[5] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1920), XI. Relación de la gente que murio en la nao « Trinidad »
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #196

[6] Un mousse avait en générale entre 13 et 16 ans ; il est donc probable qu’il vivait avec ses parents.
Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), XLVII p.78

[7] Document établi semble-t-il le 9 mai 1537 à Valladolid, donc bien après.
Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), LXVI, p.196

[8] Document non daté.
Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), LXVIII, p.235

[9] On trouve à Badajoz, en Estrémadure, un palais fortifié du nom d’Alcazaba. Badajoz se trouve à la frontière avec le Portugal ; Elvas lui fait face côté lusitanien. L’Alcazaba possède de nombreuses portes, dont une « Puerta de Yelves », orientée plein ouest, en direction d’Elvas.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s