Diego Díaz

Nationalité Espagnol – Andalou
Origine Sanlúcar de Barrameda (Andalousie, Espagne) [1]
Alias Diego Díaz [2]
Navire Victoria
Fonction Supplétif (Sobresaliente)
Note(s) Fils de Diego Díaz Secutor et Catalina Hernández [3]
Destin Survivant – Déserteur [4]
  Diego Díaz, comme le reste de l’équipage du San Antonio, fit défection à l’embouchure du Détroit de Magellan et revint en Espagne.

 

Diego Díaz est originaire de Sanlúcar de Barrameda, dans la province de Cadix, en Andalousie, port de départ de l’expédition.
L’historien belge Jean Denucé le dit Portugais, mais aucun élément ne permet de l’affirmer. [5]

Dans les documents d’époque, un Diego Díaz est régulièrement cité comme représentant (ou serviteur) de Cristóbal de Haro, un marchand qui a participé au financement de l’expédition pour le compte de la maison Fugger (des banquiers d’Augsburg). [6]
L’historien espagnol Cristóbal Bernal Chacón annote sa transcription en suggérant que le Diego Díaz de la Victoria et le serviteur de Haro pourraient être la même personne. [7]
Cependant, le lien entre les deux hommes n’est pas évident et aucun élément concret ne pointe en ce sens. Il semble plutôt qu’il s’agisse de deux homonymes, portant un prénom et un nom très courants en Espagne.

 

 

Diego Díaz embarque comme supplétif (sobresaliente) sur la Victoria ; sa fonction exacte n’est pas précisée.

Il semble qu’il ait été plus tard transféré sur le San Antonio, même si cela n’est mentionné nulle part.

En effet, lors de la Mutinerie de Pâques, dans la baie de San Julián, il est présent sur ce navire. Refusant de se soumettre aux injonctions de Gaspar de Quesada, il est mis aux fers en compagnie de Antonio Hernández de Huelva et d’un certain « Gonzalo Rodríguez » [8] (et possiblement le pilote Juan Rodríguez de Mafra [9] ). [10]

 

Diego Díaz ne figure pas dans la liste des marins décédés ; il est donc vraisemblable qu’il se trouvait toujours à bord du San Antonio lorsque l’équipage s’est mutiné dans le détroit de Magellan pour rentrer en Espagne.

 

 

 

 

<  Retour au listing des équipages

 

________

[1] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1852-1930), XLIX, p.95
Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.26
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #212

[2] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1852-1930), XLIX, p.95 & LXVII, p.207
Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.26
Bernal, Relación de la gente que llevó al descubrimiento de la Especiería (2014), p.22 & p.31
Bernal, Sucesos desafortunados de la Expedición (2015)
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #212
Denucé, Magellan. La question des Moluques et la première circumnavigation du globe (1911), p.273

[3] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1852-1930), XLIX, p.96
Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.26

[4] Mazón Serrano, La tripulación, #212

[5] Denucé, Magellan. La question des Moluques et la première circumnavigation du globe (1911), p.273

[6] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1852-1930), LV, p.118-119 & LIX, p.136

[7] Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.26 : « Podría ser el representante de Cristóbal de Haro »

[8] L’identité de ce dernier est difficile à déterminer. Il existe plusieurs marins référencés sous ce patronyme, mais aucun ne faisait partie de l’équipage du San Antonio au départ de Sanlúcar de Barrameda (il y en avait un sur la Trinidad, un sur la Victoria, et peut-être un sur la Concepción). Soit l’homme fut transféré au cours de la traversée de l’Atlantique, soit il s’agit d’un marin du San Antonio connu sous un autre nom.

[9] Queirós Veloso, Revue d’histoire moderne : Fernao de Magalhaes, sa vie et son voyage (1939), p.474

Dans son témoignage, Juan Rodríguez de Mafra précise qu’il a refusé de se plier aux ordres ; il aurait donc logiquement dû être également fait prisonnier.
Bernal, Sucesos desafortunados de la Expedición (2015), p.13-14

[10] L’emprisonnement de Diego Díaz est relaté par tous les témoins.
Bernal, Sucesos desafortunados de la Expedición (2015)
Denucé, Magellan. La question des Moluques et la première circumnavigation du globe (1911), p.273

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s