Diego García González

Nationalité Andalou (Espagnol)
Origine Palos de la Frontera (Andalousie, Espagne) [1]
Alias Diego [2]
Navire San Antonio
Fonction Page (Paje)
Note(s)

Fils de Cristóbal García (San Antonio) et Juana González, originaires de Palos [3]

Frère cadet de Bartolomé García González (Santiago)

Destin Survivant – Déserteur [4]
  Diego García González, comme le reste de l’équipage du San Antonio, fit défection dans le Détroit de Magellan et revint en Espagne.

 

Diego García González est le fils du matelot du San Antonio Cristóbal García. À l’époque, il était commun que les pages, souvent de jeunes garçons, [5] soient les fils de marins également embarqués.
Et même si aucune mention n’est faite à ce sujet dans aucun document, il est aussi selon toute vraisemblance le frère de Bartolomé García González, matelot sur le Santiago (tous deux ont des parents portant exactement le même nom et venant de la même ville).
Diego était sans doute le cadet dans la mesure où la fonction de page était réservée à des garçons de moins de 15 ans, alors que Bartolomé était déjà matelot, comme leur père.

Nommé simplement « Diego », j’ai pris la liberté de lui accoler les noms de ses deux parents, comme il est de coutume en Espagne, [6] ce afin de bien le différencier des autres « Diego » présents au sein de la flotte.

 

Les parents de Diego (et par voie de conséquence lui-même) étaient originaires de Palos de La Frontera, une ville côtière de la province de Huesca, connue pour avoir été le port de départ de Christophe Colomb (Cristoforo Colombo) en août 1492.

 

 

<  Retour au listing des équipages

 

________

[1] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), XLVI, p.73
Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.10
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #104

[2] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), XLVI, p.73 & LXVII, p.202
Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.10
Bernal, Relación de la gente que llevó al descubrimiento de la Especiería (2014), p.18 & p.27
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #104

[3] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), XLVI, p.73 & LXVII, p.202
Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.10

[4] Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #104
Sanlucardigital.es

[5] Le mot « page » vient du grec paidion (παιδιον), qui signifie « petit garçon ».
Dans le système traditionnel féodal, un page exerçait une fonction de serviteur dans un château, entre ses 7 et 14 ans environ.

[6] Pour plus d’informations à ce sujet, voir Wikipédia (FR).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s