Gioàn Rezzo, dit « Juan Genovés »

Nationalité Génois
Origine Porto Maurizio (Ligurie, Italie) [1]
Alias Juan Genovés [2]
Iohan Genovés [3]
Juan Ginovés [4]
Juan Martínez [5]
Jorge [6]
Navire Trinidad
Fonction Page (Paje)
Note(s) Fils de Bartomê Rezzo et Giàcoma, originaires de Porto Maurizio [7]
Destin Décès (19/10/1522) [8]
  Gioàn Rezzo, dit « Juan Genovés », décède lors de la tentative de retraversée du Pacifique de la Trinidad

 

Juan Génovés est né à Porto Maurizio, aujourd’hui un quartier de la ville d’Imperia, dans la province d’Imperia, en Ligurie.
Ce port appartenait à l’époque à la République de Gênes.

 

Son père Bartomê est présenté avec trois patronymes différents suivant les sources. « Rico » renvoie clairement à une forme hispanique, et a sans doute été choisie par analogie, même s’il n’est pas exclu qu’il ait pu porter ce nom. De même pour « Rúa », qui désigne une rue en galicien et en portugais (équivalent de la calle castillane). L’hypothèse la plus probable demeure cependant « Rezo », qui a sans doute été retranscrit phonétiquement à partir de Rezzo : il existe une commune du nom de Rezzo (Rèssu en ligure), qui se trouve également dans la province d’Imperia, et située à environ une vingtaine de kilomètres au nord-ouest d’Imperia. L’homme venait sans doute de ce village.

En ligure, le prénom Giovanni (Jean en français, Juan en espagnol), s’écrit Gioàn. [9]

 

Au sein de la flotte se trouve un autre marin originaire de Porto Maurizio : Baldasàrre Pallano, dit « Baltasar Genovés », le maître de bord (maestre) du Santiago.
On ignore s’ils avaient un lien de parenté, ou même si leurs familles se connaissaient. Néanmoins, Gioàn Rezzo n’était qu’un enfant ou un adolescent, [10] et il semble étonnant qu’il soit venu seul de la région génoise jusqu’à Séville. À moins que ses parents n’aient eux-mêmes déménagé dans la cité andalouse, il n’est pas interdit de penser que Baldasàrre et Gioàn aient fait le voyage ensemble.

 

 

Gioàn Rezzo, dit « Juan Genovés », embarque comme page (paje) à bord de la Trinidad.

Il se trouve à bord de la Trinidad lorsque celle-ci quitte Tidore (Moluques), dimanche 6 avril 1522.

Gioàn Rezzo, dit « Juan Genovés », décède le dimanche 19 octobre 1522, alors que la Trinidad est revenue aux Moluques.

 

 

<  Retour au listing des équipages

 

________

[1] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), XLV, p.66 & LXX, p.237 : « natural de puerto Moris, ques en la Ribera de Genova »
Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.5 : « natural de Puerto Moris, que es en la ribera de Génova »
Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1920), XI. Relación de la gente que murio en la nao « Trinidad » : « ginovés »

[2] Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.5
Bernal, Relación de la gente que llevó al descubrimiento de la Especiería (2014), p.25
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #43

[3] Bernal, Relación de la gente que llevó al descubrimiento de la Especiería (2014), p.16

[4] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), XLV, p.66 & LXVII, p.201 & LXX, p.237

[5] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1920), XI. Relación de la gente que murio en la nao « Trinidad »
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #43

[6] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), LXIII, p.163

[7] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), XLV, p.66 : « hijo de Bartolomé Rezo é Jaqueta, vecinos de Puerto Morís »
Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), LXX, p.237 : « hijo de Bartolomé Rúa e de Jagueta, vecinos de puerto Morís »
Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p. : « hijo de Bartolomé Rico y Xaqueta, vecinos de Puerto Moris »

Dictionnaire de la Academia Ligùstica do BrénnoLettre B : « Bartolomeo (nome) = Bertomê »
Dictionnaire de la Academia Ligùstica do BrénnoLettre G : « Giacomo (nome) = Giàcomo, Giacomìn, Mîno » (Jaqueta est l’équivalent espagnol de Jaquette en français, une forme féminine de Jacques ; soit, en italien, Giacoma, féminin de Giacomo, qui peut aussi s’écrire Jacomo).

[8] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1920), XI. Relación de la gente que murio en la nao « Trinidad »
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #43

[9] Dictionnaire de la Academia Ligùstica do BrénnoLettre G : « Giovanni (nome) = Gioàn, Gioanìn, Gioâne, Zâne, Nànni, Nâne, Nàn, Nanìn, Giovànni (it) ».

[10] Le mot « page » vient du grec paidion (παιδιον), qui signifie « petit garçon ».
Dans le système traditionnel féodal, un page exerçait une fonction de serviteur dans un château, entre ses 7 et 14 ans environ.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s