Jean le Breton

Nationalité Français
Origine Le Croisic (Pays de la Loire, France) [1]
Alias Juan Bretón [2]
Iohan Bretón [3]
Juan Beas [4]
Juan Blas [5]
Jean Blas/Bras [6]
Jean Breton [7]
Navire Santiago, puis Trinidad
Fonction Mousse (Grumete)
Note(s) Fils de Jean des Isles-Bardel et de Jeanne Halgan [8]
Destin Décès (17/09/1522) [9]
  Jean le Breton décède lors de la tentative de retraversée du Pacifique de la Trinidad

 

Jean le Breton est né sur la presqu’île du Croisic, dans le département de la Loire-Atlantique, dans les Pays de la Loire. [10]

Son patronyme demeure incertain. Dans la plupart des citations, il est présenté comme « Bretón ». Mais on trouve également parfois la mention « Blas », qui pourrait être interprétée comme « Bras » ou « Braz » (avec un R roulé), qui signifie « grand » en breton. [11] Ce nom de famille existe toujours, plus généralement sous une forme à particule « le Bras » ou « le Braz » (le premier se prononçant « braz »).

Les patronymes parentaux ne sont pas plus évidents.
Concernant son père, l’hypothèse la plus vraisemblable le ferait venir de la commune de Normandie nommée Les Isles-Bardel, ce qui ferait de lui « Jean des Isles-Bardel » ou « Jean de l’Isles-Bardel » (qui, prononcé oralement aurait donné « Jean d’Ilbardel », puis transcrit et hispanisé par les fonctionnaires espagnols, « Juan de Ivardel »). [12]
La mère portait probablement le nom de Jeanne Halgan. [13]

 

 

Jean le Breton, dit « Juan Bretón », embarque comme mousse (grumete) à bord du Santiago.

Suite au naufrage du Santiago aux abords du río Santa Cruz (Argentine), le mardi 22 mai 1520, il est transféré sur un autre navire, qui n’est pas mentionné, mais possiblement la Trinidad.

Il se trouve à bord de la Trinidad lorsque celle-ci quitte Tidore (Moluques), dimanche 6 avril 1522.

Jean le Breton décède le mercredi 17 septembre 1522, alors que la Trinidad se trouve aux abords de l’atoll Ngulu, dans l’archipel des Carolines.

 

 

<  Retour au listing des équipages

 

________

[1] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1920), XLVIII, p.86 : « natural de Cruesic, que es en Bretaña »
Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.20 : « natural de Cruesic, que es en Bretaña »
Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1920), LXVIII, p.236 : « breton, natural de Troay, ques en Bretaña »
Charton, Voyageurs anciens et modernes – Tome III – Fernand de Magellan, voyageur portugais (1863), p.273 : « Le Croisic »
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #235 : « Cruesic, Bretañia »
La Porte, Les Compagnons français et bretons de Magellan : « Le Croisic »

[2] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1920), XLVIII, p.86 & LXIV, p.178 & LXVII, p.205
Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.20
Bernal, Relación de la gente que llevó al descubrimiento de la Especiería (2014), p.32
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #235 : « Cruesic, Bretañia »

[3] Bernal, Relación de la gente que llevó al descubrimiento de la Especiería (2014), p.23

[4] Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #235

[5] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1920), LXVIII, p.236

[6] La Porte, Les Compagnons français et bretons de Magellan

[7] Charton, Voyageurs anciens et modernes – Tome III – Fernand de Magellan, voyageur portugais (1863), p.273
Gumma y Marti, Quatrième centenaire du premier voyage autour du monde, lors de la Semaine internationale des géographes, des explorateurs et des ethnologues (1922), p.59
La Porte, Les Compagnons français et bretons de Magellan

[8] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1920), XLVIII, p.86 : « hijo de Juan de Ivardel é Juana Alga »
Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1920), LXVIII, p.236 : « hijo de Juan de Haybardel e de Juana Alga »
Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.20 : « hijo de Juan Ivardel y Juana Alga »

[9] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1920), XI. Relación de la gente que murio en la nao « Trinidad »
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #235

[10] On trouve également la mention de « Troay », qui se situerait en Bretagne. Aucune commune alentour ne répond à cette dénomination.

[11] En espagnol, Blas est l’équivalent de Blaise. Ce prénom, dérivé du latin blasius, lui-même apparenté au grec blaisós, qui désigne quelqu’un ayant un défaut de prononciation, comme un bégaiement (lingua blesa ou lengua torcida, soit langue blessée, abîmée, ou langue tordue).

[12] On trouve aujourd’hui le pratonyme « Vardelle », et il était peut-être « Jean de Vardelle », même si aucune localité de ce nom n’existe (et le nom à particule non plus).
Florian la Porte donne pour nom « Jean d’Yvardel ou d’Ybardel ».
La Porte, Les Compagnons français et bretons de Magellan

[13] L’orthographe « Algan » existe aussi. Néanmoins, on trouve une famille Halgan originaire de Donges, en Loire-Atlantique, dont Emmanuel Halgan (1771-1882), amiral et gouverneur de la Martinqiue, dont le père Cyprien était sénéchal de la vicomté de Donges.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s