Pierric Arnaut

Nationalité Français
Origine Auray (Bretagne, France)
Alias Pedro Arnaot [1]
Pero Arnaot [2]
Pedro Arnaut [3]
Pedro Arnaot [4]
Pierre Arnaot [5]
Pierre Arnaud [6]
Pedro Bretón [7]
Pedro Brito [8]
Navire Santiago, puis Trinidad
Fonction Mousse (Grumete)
Note(s) Fils de Arnaut et Jacquette, originaires de Auray, en Bretagne [9]
Destin Décès (14/09/1522) [10]
  Pierric Arnaut décède lors de la tentative de retraversée du Pacifique de la Trinidad

 

Pierric Arnaut est vraisemblablement né à Auray, dans le département du Morbihan, en Bretagne. [11]
Néanmoins, l’une des références dans les documents d’époque indique « Croi ». [12] Ce nom pourrait désigner La Croix-Helléan (à environ 50 km au nord-est d’Auray), ou La Vraie-Croix (à environ 30 km à l’est), toutes deux se trouvant dans le Morbihan. On peut aussi y voir l’île de Groix (à 30 km à l’ouest).

Concernant son patronyme, il semble qu’il ne portait pas de nom de famille, comme il était assez courant à l’époque. Il devait se nommer quelque chose comme Pierric Arnaut (patronyme qui est phonétiquement le nom le plus proche du « Arnaot » que l’on trouve le plus souvent dans les documents). [13]

Dans la liste des morts de la Trinidad, il est noté « Pedro Brito », qui peut faire penser à un patronyme portugais ; il s’agit sans doute d’une déformation du mot « breton ».

 

 

Pierric Arnaut embraque comme mousse (grumete) à bord du Santiago.

Il est par la suite transféré sur la Trinidad, « à la demande du capitaine » (con licencia del capitán). [14]
De même, le moment n’est pas précisé : cela est-il dû au naufrage du Santiago aux abords du río Santa Cruz (Argentine), le mardi 22 mai 1520, ou cela n’a-t-il rien à voir ? La seconde hypothèse semble la plus probable, car ceux qui sont réaffectés suite au naufrage portent en général la mention « que fué en la nao Santiago, que se perdió », ce qui n’est pas le cas de Pierric Arnaut.

Il se trouve à bord de la Trinidad lorsque celle-ci quitte Tidore (Moluques), dimanche 6 avril 1522.

Pierric Arnaut décède le dimanche 14 septembre 1522, alors que la Trinidad se trouve dans l’océan Pacifique, au sud de l’archipel des Mariannes.

 

 

<  Retour au listing des équipages

 

________

[1] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), XLVIII, p.87 & LXVII, p.205
Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.20
Bernal, Relación de la gente que llevó al descubrimiento de la Especiería (2014), p.32

[2] Bernal, Relación de la gente que llevó al descubrimiento de la Especiería (2014), p.23

[3] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), LXVIII, p.236

[4] Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #238

[5] Gumma y Marti, Quatrième centenaire du premier voyage autour du monde, lors de la Semaine internationale des géographes, des explorateurs et des ethnologues (1922), p.59
La Porte, Les Compagnons français et bretons de Magellan

[6] La Porte, Les Compagnons français et bretons de Magellan

[7] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), LXIV, p.178
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #238

[8] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1920), XI. Relación de la gente que murio en la nao « Trinidad »

[9] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), XLVIII, p.87 : « hijo de Arnaot é Jaqueta, vecinos de Horray, ques en Bretaña »
Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), LXVIII, p.236 : « hijo de Arnaut e Jaqueta, vecinos de Croi, que es en Bretaña »
Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.20 : « hijo de Arnaot y Jaqueta, vecinos de Horray, que es en Bretaña »

[10] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1920), XI. Relación de la gente que murio en la nao « Trinidad »
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #238

[11] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), XLVIII, p.87 : « natural de Horray »
Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.20 : « natural de Horray »
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #238 : « Auray »

[12] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), LXVIII, p.236 : « natural de Croi »

[13] Le français ne fut imposé qu’en 1539, lorsque François Ier signa l’ordonnance de Villers-Cotterêts, qui prescrivait que les documents administratifs fussent rédigés « en langage maternel français et non autrement ». Et à cette époque, seuls 10 à 20% de la population seulement parlaient effectivement le français.
Ainsi, le breton devait être la langue de ce marin. Le prénom Pierre (Pedro) possède plusieurs variantes : Per, Pierric, Pierrick. Mais on trouvait également des prénoms qui n’existent plus aujourd’hui ou sont devenus des patronymes : notamment Perrot (et nombre de déclinaisons orthographiques : Pairault, Péraud, Pérot, Perrault, Perreau, Perreault et Perraud), ou encore  Perriot, Perroud, Perrineau, Perrinet, Perret, Perron…

[14] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), LXVIII, p.236

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s