Juan Martínez

Nationalité Espagnol – Andalou
Origine Santa Lucía, Séville (Andalousie, Espagne) [1]
Alias Juan Martínez [2]
Iohan Martínez [3]
Juan Martín [4]
Juan Niñez [5]
Navire Trinidad
Fonction Supplétif (Sobresaliente)
Note(s) Époux de Marina de Zamora [6]
Destin Décès (02/09/1522) [7]
  Juan Martínez décède à Maug, lors de la tentative de retraversée du Pacifique de la Trinidad

 

Juan Martínez est originaire du quartier de Santa Lucía, à Séville, dans la province de Séville, en Andalousie. Ce quartier n’existe plus aujourd’hui. [8] Il faisait partie des 29 collaciónes que comptait la ville au XVIe siècle. Il se trouvait sur les actuels barrios de San Julián et de Santa Catalina, au nord-est du centre historique (Casco Antiguo). [9] Le quartier San Julián abrite la Iglesia de Santa Lucía.
C’est probablement là qu’il vivait avec son épouse, mais on y ignore s’il y est né.

Sa compagne était possiblement originaire de la ville ou de la province de Zamora, en Castille-et-León.

 

 

Juan Martínez embarque comme supplétif (sobresaliente) à bord de la Trinidad. La fonction qu’il y exerce n’est pas précisée.

Il se trouve à bord de la Trinidad lorsque celle-ci quitte Tidore (Moluques), dimanche 6 avril 1522.

Juan Martínez décède le mardi 2 septembre 1522, alors que la Trinidad fait escale à Maug.

 

 

Juan Martínez de Sevilla ne doit pas être confondu avec Juan Martín Hernández de Aguilar de Campoo : ce dernier est en effet parfois nommé « Juan Martínez », notamment lorsque furent triées les possessions des marins à l’arrivée à Séville de la Victoria (08/09/1522) [10] ; Juan Martínez est, quant à lui, parfois nommé « Juan Martín ».

 

 

<  Retour au listing des équipages

 

________

[1] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1852-1930), XLIX, p.88 & LXVIII, p.235 : « vecino de Sevilla, en la collación de Santa Lucía »
Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.21 : « vecino de Sevilla, en la colación de Santa Lucía »
Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1852-1930), LXVI, p.197 & LXVII, p.205 : « vecino de Sevilla »
Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1920), XI. Relación de la gente que murio en la nao « Trinidad » : « sevillano »

[2] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1852-1930), XLIX, p.88 & LXVII, p.205 & LXVIII, p.238
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #46

[3] Bernal, Relación de la gente que llevó al descubrimiento de la Especiería (2014), p.16 & p.25

[4] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1852-1930), LXVI, p.197
Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1920), XI. Relación de la gente que murio en la nao « Trinidad »
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #46

[5] Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.21
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #46

[6] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1852-1930), XLIX, p.88 & LXVIII, p.235 : « marido de Marina de Zamora »
Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.21 : « marido de Marina de Zamora »

[7] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1920), XI. Relación de la gente que murio en la nao « Trinidad »
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #46

[8] Liste des 108 quartiers de Séville (Wikipédia ES)
Le terme de « collación » est un mot ancien pour désigner un quartier (barrio) ou une paroisse (parroquia).

[9] Voir la « collación Santa Lucía » sur cette carte présentant les paroisses traditionnelles de Séville, ou sur celle-ci datant du XVIe siècle (collación n°3).

[10] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1852-1930), LIX, p139 & LX, p.141

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s