Martìn Forte, dit « Martín Genovés »

Nationalité Génois
Origine Sestri Ponente (Ligurie, Italie) [1]
Alias Genovés Martín [2]

Ginovés Martín [3]

Navire Trinidad
Fonction Matelot (Marinero)
Note(s) Fils de Doménego Forte et Catainètta Narcisa [4]
Destin Déserteur – Décès (31/08/1522) [5]
  Martìn Forte, dit « Martín Genovés », déserte à Maug et est tué peu après par les indigènes

 

Martín Genovés est né à Sestri Ponente, qui était à l’époque une commune de la République de Gênes, et aujourd’hui un quartier portuaire de la ville de Gênes, en Ligurie.

Le prénom espagnol « Martín » (Martin en français) se dit « Martino » en italien et « Martìn » en ligure. [6]

Concernant son père, Forte est un nom courant en Italie. Sa mère porte, elle, le patronyme « Narcisa » ou « Nariza ». Si le second ne renvoie à rien, Narcisa est la version italienne du Narcisse français ; il est donc possible qu’il s’agisse de son deuxième prénom et que son nom de famille ne soit pas mentionné (ou qu’elle portât celui de son époux).

 

 

Martìn Forte, dit « Martín Genovés », embarque comme matelot (marinero) à bord de la Trinidad.
Sur ce navire se trouvent le maître de bord (maestre) Giovanni Battista da Ponzoroni et son fils Domenico, tous deux a priori originaire également de Sestri Ponente.

Il se trouve à bord de la Trinidad lorsque celle-ci quitte Tidore (Moluques), dimanche 6 avril 1522

Fin août 1522, alors que la Trinidad fait escale à Maug, Martìn Forte, dit « Martín Genovés », déserte en compagnie d’Alonso González de Guarda et de Gonzalo Álvarez, dit « Gonzalo de Vigo ».
D’après le témoignage de ce dernier (retrouvé à Guam en 1526 par l’expédition de García Jofre de Loaísa), ses deux compagnons auraient été tués par les indigènes peu après leur désertion.

 

 

<  Retour au listing des équipages

 

________

[1] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1852-1930), XLV, p.62 : « natural de Cestre de Poniente »
Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.3 : « natural de Cestre de Poniente »
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #18 : « Cestre/Sestri de Poniente, Génova »

[2] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1852-1930), LXIII, p.162
Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.3
Bernal, Relación de la gente que llevó al descubrimiento de la Especiería (2014), p.15 & p.24
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #18

[3] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1852-1930), XLV, p.62
Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1852-1930), XLV, p.62 & LXVI, p.196 & LXVII, p.200
Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1920), XI. Relación de la gente que murio en la nao « Trinidad »

[4] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1852-1930), XLV, p.62 : « hijo de Domingo Forte é Catalina Narcisa »
Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.3 : « hijo de Domingo Forte y Catalina Nariza »

Dictionnaire de la Academia Ligùstica do BrénnoLettre D : « Domenico (nome) = Ménego, Meneghìn, Doménego ».
Dictionnaire de la Academia Ligùstica do BrénnoLettre C : « Caterina (nome) = Catæn, Catænn-a, Catainétta, Taæn, Taænn-a, Tainìn ».

[5] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1920), XI. Relación de la gente que murio en la nao « Trinidad »
Denucé, Magellan. La question des Moluques et la première circumnavigation du globe (1911), p.371
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – Intento de tornaviaje de la Trinidad

À noter que, dans son listing des équipages, l’historien espagnol Tomás Mazón Serrano indique qu’il est mort le 1er août 1522 (1-08-1522). Pourtant, dans sa page consacrée au voyage de la Trinidad, il précise bien que la désertion a  eu lieu fin août. Il s’agit donc soit d’une erreur, soit d’une manière imprécise de signifier que l’homme est décédé en août.
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #18
Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1920), XI. Relación de la gente que murio en la nao « Trinidad »

[6] Dictionnaire de la Academia Ligùstica do BrénnoLettre M : « Martino (nome) = Martìn ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s