Diego García de Trigueros

Nationalité Espagnol – Andalou
Origine Trigueros (Andalousie, Espagne) ?
Alias Diego García de Trigueros [1]
Diego García [2]
Navire Santiago, puis Victoria
Fonction Matelot (Marinero)
Note(s) Époux de Inés González de Gibraleón [3]
Destin Décès (21/06/1522) [4]
  Diego García de Trigueros décède au large de la Guinée, lors du voyage retour de la Victoria

 

Si les documents indiquent comme origine Huelva, [5] Diego García venait probablement de la ville de Trigueros, dans la province de Huelva, en Andalousie. Le terme « Huelva » peut faire référence tout aussi bien à la province qu’à la ville du même nom ; or, Trigueros ne se trouve qu’à une quinzaine de kilomètres au nord-est de la ville de Huelva.

Son épouse est, elle, nommée « de Gibraleón », une commune située à une douzaine de kilomètres à l’ouest de Trigueros et à une douzaine de kilomètres au nord de la ville de Huelva.

 

Au sein de l’armada, et à bord du même navire, se trouve un Pedro García de Trigueros, qui officie comme mousse (grumete).
Aucun élément ne permet d’affirmer qu’ils possédaient un lien de parenté. Si Diego était un adulte et Pedro un adolescent, [6] ils n’étaient pas père et fils. Les parents de Diego ne sont pas mentionnés, ce qui ne permet pas de savoir s’ils étaient frères. Peut-être étaient-ils des cousins.

 

 

Diego García de Trigueros embarque comme matelot (marinero) à bord du Santiago.

Suite au naufrage du Santiago aux abords du río Santa Cruz (Argentine), le mardi 22 mai 1520, il est transféré sur un autre navire, possiblement la Victoria.

C’est en tout cas à bord de ce navire qu’il quitte les Moluques le samedi 21 décembre 1521.

Diego García de Trigueros décède de maladie le samedi 21 juin 1522, alors que la Victoria se trouve au large de la Guinée. Il laisse un testament. [7]

 

 

Dans son ouvrage sur Magellan, l’historien belge Jean Denucé mentionne un Diego García, membre de l’armada de Magellan, et qui a précédemment participé à l’expédition de Juan Díaz de Solís en Amérique du Sud, jusqu’au Río de la Plata, en 1515-1516. [8] La biographie de ce Diego García, réalisée par Marcelino González Fernández pour le compte de la Real Academia de la Historia de Madrid, stipule qu’il est né à Moguer, ou dans les environs, une commune située dans la proche banlieue de Huelva. [9]
Si Diego García de Trigueros est le seul « Diego García » de l’expédition Magellan, il ne peut néanmoins s’agir du même homme : ce Diego García de Moguer se retrouve à la tête d’une nouvelle expédition vers les Moluques en 1525.

 

 

<  Retour au listing des équipages

 

________

[1] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), XLVIII, p.86 & LXVII, p.205 & LXVIII, p.216
Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.20
Bernal, Relación de la gente que llevó al descubrimiento de la Especiería (2014), p.23 & p32
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #229

[2] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930),LXIV, p.178
Bernal, Declaracion de fallecidos en el viaje (2014), #92

[3] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), XLVIII, p.86 & LXVIII, p.216
Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.20

[4] Bernal, Declaracion de fallecidos en el viaje (2014), #92
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #229

[5] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), LXVIII, p.216
Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.20
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #229

[6] Un mousse avait en général entre 13 et 16 ans.

[7] Bernal, Declaracion de fallecidos en el viaje (2014), #92

[8] Denucé, Magellan. La question des Moluques et la première circumnavigation du globe (1911), p.252

[9] González Fernández, Real Academia de la Historia de Madrid : Diego García
À noter tout de même que le Diccionario Biográfico Español a subi de nombreuses critiques depuis sa mise en ligne en 2011, notamment de la part d’historiens.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s