Pèir Alart, dit « Pedro Gascón »

Nationalité Français
Origine Bordeaux (Nouvelle-Aquitaine, France) [1]
Alias Pedro Gascón [2]
Pero Gascón [3]
Pedro Gasco [4]
Pierre le Gascon [5]
Pierre Gascon [6]
Pierre Gaston [7]
Navire Santiago, puis Victoria
Fonction Matelot (Marinero)
Note(s) Fils d’Éliot Alart et Guillemette [8]
Destin Décès (12/05/1522) [9]
  Pèir Alart, dit « Pedro Gascón », décède peu après que la Victoria a atteint les côtes africaines

 

Pedro Gascón était originaire de Bordeaux (Burdeos en espagnol), dans le département de la Gironde, en Nouvelle-Aquitaine. La ville, longtemps sous domination anglaise, est repassée définitivement sous le giron du royaume de France fin 1453 ; souhaitant conserver l’autonomie acquise lors de la période précédente, elle obtient de Louis XI le droit de posséder son propre parlement en 1462. Le début du XVIe siècle demeure marqué par une grande agitation, et notamment la confrontation avec l’État français dont l’autorité s’affirme progressivement.

 

Le matelot est désigné comme « Gascon », soit un habitant de Gascogne, une ancienne province et aujourd’hui région culturelle française, à laquelle appartient Bordeaux.
En dialecte gascon, le prénom Pierre (Pedro en espagnol) se dit Pèir ou Pèr. [10]

Si sa mère se prénommait certainement Guillemette, l’orthographe du prénom de son père est incertaine tant il existe de variantes (Elliot, Elliott, Eliott, Eliot, Éliot, Éliott, Heliot…).
De même, le patronyme existe en Alard, Allard, Allart, Alart ou Allar.

 

 

Pèir Alart, dit « Pedro Gascón », embarque comme matelot (marinero) à bord du Santiago. [11]

Suite au naufrage du Santiago aux abords du río Santa Cruz (Argentine), le mardi 22 mai 1520, il est transféré sur un autre navire, possiblement la Victoria.

C’est en tout cas à bord de ce navire qu’il quitte les Moluques le samedi 21 décembre 1521.

Pèir Alart, dit « Pedro Gascón », décède de maladie le lundi 12 mai 1522, alors que la Victoria a atteint les côtes de l’Afrique dans son voyage de retour vers l’Espagne. [12] Il laisse un testament. [13]

 

 

<  Retour au listing des équipages

 

________

[1] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), XLVIII, p.85 : « Burdeos »
Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.19 : « Burdeos »
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #227 : « Burdeos (Francia) »
Charton, Voyageurs anciens et modernes – Tome III – Fernand de Magellan, voyageur portugais (1863), p.273 : « Bordeaux »
La Porte, InfoBretagne : Les Compagnons Français de Magellan : « Bordeaux »

[2] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), XLVIII, p.85 & LXVII, p.205 & LXVIII, p.216
Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.19
Bernal, Declaración de las personas fallecidas en el viaje al Maluco (2014), #82
Bernal, Relación de la gente que llevó al descubrimiento de la Especiería (2014), p.22 & p.32
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #227

[3] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), LXIV, p.178

[4] Denucé, Magellan. La question des Moluques et la première circumnavigation du globe (1911), p.381 note 1 ; citant Antonio de Hererra y Tordesillas

[5] Charton, Voyageurs anciens et modernes – Tome III – Fernand de Magellan, voyageur portugais (1863), p.273

[6] La Porte, InfoBretagne : Les Compagnons Français de Magellan

[7] Gumma y Marti, Quatrième centenaire du premier voyage autour du monde, lors de la Semaine internationale des géographes, des explorateurs et des ethnologues (1922), p.59
La Porte, InfoBretagne : Les Compagnons Français de Magellan

[8] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), XLVIII, p.85 : « hijo de Heliot Alart é Guilometa »
Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), LXVIII, p.216 : « hijo de Eliotasarat e Guillometa »
Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.19 : « hijo de Heliot Alart é Guilometa »

[9] Bernal, Declaración de las personas fallecidas en el viaje al Maluco (2014), #82
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #227

[10] cf. Gasconha, site dédié à la Gascogne.
Le gascon est une variété régionale ou un dialecte de l’occitan, langue dans laquelle le prénom s’écrit Pèire ou Peyre. En poitevin, langue parlée dans toute la zone située au nord de Bordeaux, on trouve Père, Piâre ou Pé.
Le français ne fut imposé qu’en 1539, lorsque François Ier signa l’ordonnance de Villers-Cotterêts, qui prescrivait que les documents administratifs fussent rédigés « en langage maternel français et non autrement ». Et à cette époque, seuls 10 à 20% de la population seulement parlaient effectivement le français.

[11] À noter que Florian la Porte le présente comme un mousse devenu matelot. Il semble s’agir d’une erreur, les documents d’époque le classant systématiquement dans la catégorie des marineros.
La Porte, InfoBretagne : Les Compagnons Français de Magellan

[12] L’historien espagnol Antonio de Herrera y Tordesillas le cite parmi les 13 prisonniers du Cap-Vert, ce qui est une erreur.
Denucé, Magellan. La question des Moluques et la première circumnavigation du globe (1911), p.381 note 1

[13] Bernal, Declaracion de fallecidos en el viaje (2014), #82

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s