Pedro de Olabarrieta

Nationalité Espagnol – Basque
Origine Galdakao (Pays basque, Espagne) [1]
Alias Pedro de Olabarrieta [2]
Pedro de Olaverrieta [3]
Pedro de Olavarrieta [4]
Pedro Olabarrieta [5]
Navire San Antonio
Fonction Supplétif (Sobresaliente) – Serviteur (criado) du contador Antonio de Coca [6] et Barbier (Barbero) [7]
Note(s) Fils de Pedro de Olabarrieta et Mariá Ibañez [8]
Destin Survivant – Déserteur [9]
  Pedro de Olabarrieta, comme le reste de l’équipage du San Antonio, fit défection dans le Détroit de Magellan et revint en Espagne.

 

Pedro de Olabarrieta est né à Galdakao (Galdácano en espagnol), dans la province de Biscaye, au Pays basque. La commune appartient aujourd’hui à l’aire du Gran Bilbao.

Le patronyme « Olabarrieta » est attesté par l’Académie de la langue basque (Olavarrieta étant une variante espagnole). [10]
Le prénom « Pedro » est espagnol, et présente trop de variantes basques pour déterminer lequel portait le marin. [11]

Le nom « Olabarrieta » fait également référence à des quartiers de plusieurs villes du Pays Basques, dont Sopuerta qui se trouve à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Bilbao.

 

 

Pedro de Olabarrieta embarque comme supplétif (sobresaliente) à bord du San Antonio. Il y officie comme barbier (barbero), et peut-être comme serviteur du contador Antonio de Coca. [12]

Il est possible qu’il ait également exercé les fonctions de chirurgien (cirujano).
Il n’était en effet pas rare à l’époque de trouver des barbiers chirurgiens. Le mépris des médecins pour la chirurgie, tout au long du Moyen-Âge, laissa la porte ouverte aux barbiers, qui maniaient les rasoirs. Ainsi, en plus du rasage et de la coupe de cheveux, la population se rendait chez le barbier pour de petites interventions, telles que se faire enlever des furoncles, arracher une dent, poser des sangsues ou se faire faire une saignée. [13]

 

En plus de son avance de quatre mois sur salaire, Pedro de Olabarrieta a touché 3 ducats pour acheter « una muela é un molejón ». [14]

 

 

<  Retour au listing des équipages

 

________

[1] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), XLIX, p.94 : « natural de Galdacano, ques en término de Bilbao »
Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.25 : « natural de Galdácano, que es en la provincia de Bilbao »
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #72 : « Galdácano (Vizcaya) »

[2] Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.25
Bernal, Relación de la gente que llevó al descubrimiento de la Especiería (2014), p.17 & p.26
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #72

[3] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), XLIX, p.94

[4] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), LXVII, p.206

[5] Wikipedia (EUS) : Magallaes-Elkano espedizioa – Euskaldunak

[6] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), XLIX, p.94

[7] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), XLIX, p.94 & LXVII, p.206
Bernal, Relación de la gente que llevó al descubrimiento de la Especiería (2014), p.17 & p.26
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #72

[8] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), XLIX, p.94 : « hijo de Pedro de Olaverrieta é María Ibáñez »
Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.25 : « hijo de Pedro de Olaberrieta y María Ibañez »

[9] Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #72
Sanlucardigital.es

[10] Voir le site officiel de l’Académie de la Langue Basque : Olabarrieta

[11] Voir le site officiel de l’Académie de la Langue Basque : recherche sur « Pedro »

[12] Il est notamment listé parmi les criados de celui-ci.
Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), XLIX, p.94

[13] Pour plus de détails :
Wikipédia (FR) : Barbier chirurgien
Wikipedia (ES) : Barbero – Edad Media ; Barbero cirujano

[14] Il n’existe aucune traduction pertinente en espagnol moderne. Il s’agit peut-être d’instruments liés à sa fonction de barbier.
Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), XLIX, p.94

Le calcul de ce qui a été versé au marin est surprenant. En plus de 4 800 maravédis d’avance, il a touché 1 125 mrs (1 ducado de l’époque valait 375 maravédis), soit un total de 5 925 mrs. Or, le document indique que le total se monte à 5 825 mrs (« que todo monta cinco mili é ochocientos é veinte é cinco maravedís »), mettant le ducado à 341,67 mrs.
En 1519, le ducado était en or 23,75 carats. Il fut plus tard réévalué en or 22 carats, mais en 1536 et pour une valeur de 350 maravédis.
Voir Wikpédia (FR) : Ducats d’Espagne / Wikipedia (ES) : Ducado (moneda)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s