Redistribution du commandement

 

Samedi 27 avril 1521 – Après-midi
Cebu (Philippines)

Avec la mort de Fernão de Magalhães, l’Armada para el descubrimiento de la especería se voit contrainte d’élire un nouveau commandant.

Le choix se porte sur deux hommes : Duarte Barbosa, navigateur expérimenté et beau-frère de Magellan, et João Rodrigues Serrão, autre marin d’expérience et surtout parent de Francisco Serrão, l’homme qui a fait germer en Magellan l’idée d’un accès aux Moluques par l’ouest.
Barbosa passe sur le vaisseau amiral, la Trinidad, et c’est un autre Portugais, Luiz Afonso de Góis qui le remplace comme capitaine de la Victoria. Serrão demeure capitaine de la Concepción.
Ce changement de navire, ajouté aux divergences des sources, laisse à penser que le véritable commandant de la flotte est désormais Duarte Barbosa, secondé par João Serrão. [1]

 

Dans la soirée, un émissaire d’Humabon se rend à Mactan pour réclamer les corps des hommes tombés au combat, et particulièrement celui du capitán general. Il propose en échange de grandes quantités de marchandises. Sa demande est refusée : la dépouille d’un tel homme est conservée comme trophée.
Barbosa fait envoyer de nouveau l’émissaire, avec doublement de l’offre, mais Lapulapu demeure intransigeant. [2]

Le chroniqueur Maximilianus Transylvanus rapporte que Serrão aurait renouvelé sa confiance à Humabon, par un nouvel échange de cadeaux. Il aurait également promis au raja de soumettre Lapulapu et Mactan. [3]

 

Les deux capitaines savent qu’il va bientôt leur falloir reprendre la mer, et tenter d’atteindre les Moluques.
À cette fin, rapporte le Pilote génois (Leone Pancaldo ou Giovanni Battista da Ponzoroni), ils comptent demander au raja cebuano de leur fournir des pilotes pour les emmener jusqu’à Bornéo. [4]

 

 

Les nouveaux chefs de l’expédition vont cependant prendre une décision malheureuse : celle ne pas affranchir l’esclave Henrique, alors que le testament de Magalhães le stipulait.

L’esclave fidèle, qui a combattu avec lui sur la plage de Mactan, a été légèrement blessé dans l’affrontement. Surtout, il erre comme une âme en peine depuis la mort de son maître, passant le plus clair de son temps étendu sur sa natte.
Dans son testament rédigé avant de partir, Magellan avait non seulement demandé à ce qu’on libère Henrique, mais il lui avait également octroyé un héritage de 10 000 maravédis. [5]
Barbosa, Serrão et Henrique étaient-ils au courant de ces dispositions ? Rien n’est moins sûr.

Or l’expédition a cruellement besoin de cet homme qui parle le Portugais, l’Espagnol et le Malais.
Face à cette apparente oisiveté, Barbosa ou Serrão (suivant les sources) réprimande vertement Henrique, lui rappelant qu’il demeure un esclave malgré la mort de son maître. Et à leur retour en Espagne, il sera remis à dona Beatriz, pour y poursuivre sa tâche. Dans l’intervalle, il ferait mieux d’agir avec zèle s’il ne veut pas être fouetté ou frappé à coups de bâtons. [6]

Une telle agressivité surprend Henrique, là où Magellan l’avait toujours bien traité, et fait monter en lui une sérieuse rancœur. Le nouveau commandement ignore alors que cette action irréfléchie pourrait avoir de grandes conséquences.

 

 

Un autre fait, en apparence anodin, se produit cet après-midi-là.
Ayant appris la mort de leur capitán general, les quatre marins en charge de la boutique de Cebu entreprennent de rapatrier toute la marchandise sur les navires.
Ce geste provoque un immédiat ressentiment chez Humabon et les Cebuanos. [7]

La raison est aisée à deviner : alors qu’ils se sont toujours montrés accueillants avec les explorateurs occidentaux, qu’ils ont proposé leur aide pour la bataille, qu’ils se sont engagés dans le combat pour sauver les blessés, voilà qu’on les empêche de troquer la marchandise européenne. Ils ne sont nullement responsables de ce qui est arrivé et pourtant, ils sont comme punis. Ce faisant, les Européens viennent de se mettre à dos leur allié.

 

 

L’Assaut sur Mactan   |   Le Banquet funeste  >

 

<  Retour au Journal de Bord

 

________

[1] Antonio Pigafetta et le Pilote génois sont clairs sur ce double commandement.
Ginés de Mafra ne mentionne que Barbosa, tout comme Antonio de Brito, Antonio de Herrera y Tordesillas, Francisco López de Gómara ou Eustaquio Fernández de Navarrete).
Maximilianus Transylvanus ne cite que Serrão.
Pigafetta, Primer viaje alrededor del Globo (Civiliter p.80 ; Charton p.313)
Sir Stanley of Alderley, The First Voyage Round the World – The Genoese Pilot’s Account of Magellan’s Voyage (1874), p.13
Mafra, Libro que trata del descubrimiento del Estrecho de Magallanes (1542), p.202
Denucé, Magellan. La question des Moluques et la première circumnavigation du globe (1911), p.322
Queirós Veloso, Revue d’histoire moderne : Fernao de Magalhaes, sa vie et son voyage (1939), p.508

[2] Pigafetta, Primer viaje alrededor del Globo (Civiliter p.80 ; Charton p.313)
Denucé, Magellan. La question des Moluques et la première circumnavigation du globe (1911), p.319

[3] Sir Stanley of Alderley, The First Voyage Round the World – A Letter from Maximilianus Transylvanus (1874), p.200

[4] Sir Stanley of Alderley, The First Voyage Round the World – The Genoese Pilot’s Account of Magellan’s Voyage (1874), p.13

[5] Queirós Veloso, Revue d’histoire moderne : Fernao de Magalhaes, sa vie et son voyage (1939), p.466

[6] Pigafetta, Primer viaje alrededor del Globo (Civiliter p.80-81 ; Charton p.313)
Sir Stanley of Alderley, The First Voyage Round the World – A Letter from Maximilianus Transylvanus (1874), p.200

[7] Antonio Pigafetta dit qu’ils ont agi par eux-mêmes (et sans doute à l’initiative de João da Silva, le responsable). Mais selon l’historien portugais Jose Mariá de Queirós Veloso, ce sont Barbosa et Serrão qui en donnent l’ordre.
Pigafetta, Primer viaje alrededor del Globo (Civiliter p.80 ; Charton p.313)
Queirós Veloso, Revue d’histoire moderne : Fernao de Magalhaes, sa vie et son voyage (1939), p.508-509

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s