Fernando Rodrigues Martins, dit « Fernando »

Nationalité Portugais
Origine Guimarães (Norte, Portugal) [1]
Alias Fernando [2]
Hernando [3]
Fernando Rodrigues [4]
Navire Trinidad
Fonction Supplétif (Sobresaliente) – Serviteur de Fernão de Magalhães
Note(s) Fils de Pedro Rodrigues et Beatriz Martins [5]
Destin Décès (29/03/1521) [6]
  Fernando Rodrigues Martins, dit « Fernando » décède lors du séjour à Limasawa

 

Fernando fait partie de la liste des 10 Portugais autorisés par le roi. [7]
S’il est né au Portugal, il est possible qu’il se trouvât en Andalousie au moment du recrutement des équipages pour former l’armada de Magellan.

 

Désigné par un unique prénom, Fernando ou Hernando, les informations concernant ce sobresaliente sont parfois confuses.
Les listings d’époque, transcrits par l’historien chilien José Toribio Medina Zavala, le présentent comme criado del dicho capitán (serviteur du capitaine). Pourtant, dans la Declaración de las personas fallecidas en el viaje al Maluco transcrite par l’historien espagnol Cristóbal Bernal Chacón, il est hombre de armas (homme d’armes). Occupait-il les deux fonctions auprès de Magellan, une sorte de garde du corps ?
C’est cette seconde qualification qui conduit sans doute Tomás Mazón Serrano à se demander s’il ne s’agirait pas de Hernando de Aguilar, homme d’armes tué lors du banquet de Cebu. Sauf que chez Bernal, ledit Aguilar est présenté comme hombre de armas y criado de Luis de Mendoza (et non Magellan). Et comme si cela ne suffisait pas, chez Medina, on ne trouve aucune trace d’un quelconque Aguilar. [8]

Les différents éléments, et notamment son origine portugaise, [9] poussent tout de même à voir en Fernando l’homme décédé de cause inconnue lors du séjour à Limasawa.

 

 

<  Retour au listing des équipages

 

________

[1] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1852-1930), XLIX, p.88 : « Guimarayns »
Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1852-1930), LXVIII, p.224 : « Guimarais »
Bernal, Relación de expedicionarios su cargo y sueldo (2014), p.22
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #47

[2] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1852-1930), XLIX, p.88
Bernal, Relación de expedicionarios su cargo y sueldo (2014), p.22
Bernal, Declaración de las personas fallecidas en el viaje al Maluco (2014), #33
Bernal, Relación de la gente que llevó al descubrimiento de la Especiería (2014), p.16 & p.25
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #47

[3] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1852-1930), LXVII, p.205 & LXVIII, p.224

[4] Queirós Veloso, Revue d’histoire moderne : Fernao de Magalhaes, sa vie et son voyage (1939), p.465

[5] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1852-1930), XLIX, p.88 : «Pedro Rodríguez é Beatriz Martín »
Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1852-1930), LXVIII, p.224 : «Pero Rodríguez e de Beatriz Martín »
Bernal, Relación de expedicionarios su cargo y sueldo (2014), p.22

[6] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1852-1930), LXVIII, p.224 : « Guimarais »
Bernal, Declaración de las personas fallecidas en el viaje al Maluco (2014), #33

[7] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1852-1930), LXVIII, p.224
Queirós Veloso, Revue d’histoire moderne : Fernao de Magalhaes, sa vie et son voyage (1939), p.465

[8] Un seul marin pourrait correspondre, car originaire de Aguilar de Campoo : Juan Martín Hernández, justement serviteur de Luis de Mendoza. Son nom de famille aurait un moment pu être interprété comme son prénom, auquel on aurait ajouté sa provenance, pour former « Hernando de Aguilar » (chose possible à l’époque). Sauf que ledit Juan Martín Hernández n’est pas décédé à Cebu, mais a survécu au voyage, parmi les Prisonniers du Cap-Vert.

[9] Luis de Mendoza n’aurait probablement pas accepté d’avoir un serviteur Portugais.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s