Jacques de Metz, dit « Maître Jacques »

Nationalité Français
Origine Metz (Lorraine, France)
Alias Maestre Jaques [1]
Maestre Jacques [2]
Maestre Jaqs [3]
Jacques de Toul [8]
Navire San Antonio
Fonction Bombardier (Connétable de la nao) [4]
Notes Fils de Jean de Metz et Barbara. [5]
Destin Déserteur
  Jacques de Metz, comme le reste de l’équipage du San Antonio, fit défection à l’embouchure du Détroit de Magellan et revint en Espagne.

 

La nationalité de cet homme est sujette à caution car elle n’est indiquée dans aucun document. Néanmoins, divers indices laissent à penser qu’il était bien Français.
L’auteur Alfred Gumma y Marti le présente comme « Jacques de Toul, canonnier en chef ». C’est en effet ainsi qu’il traduit « natural de Tierra Lorena » que l’on peut lire dans les documents officiels de l’époque. Si la Tierra Lorena renvoie bien à la Terre de Lorraine, la ville apparaît extrapolée à partir d’une autre transcription que l’on peut trouver, « Tua Lorena ». [6]
Le nom de son père fournit également une information précieuse, puisqu’il est nommé « Juan de Mesa ». Certains y ont vu un nom à consonance espagnole [7] alors que la sonorité fait, elle, bien penser à la ville de Metz, qui se trouve justement en Lorraine.

Ainsi, il est fort vraisemblable que Maître Jacques, originaire de Lorraine, soit le fils de Jean de Metz.

Concernant le nom de sa mère, il est raisonnable de penser qu’elle se nommait Barbara, car le prénom sous lequel elle est nommée, Bárbola, en est l’équivalent en asturien (langue parlée dans les Asturies, sur la côte nord de l’Espagne).
Cette transformation peut être due au fonctionnaire de la Casa de Contratación qui enregistra les informations. Peut-être aussi était-elle d’origine tchéco-slovaque, où le prénom  se dit « Barbora ».

 

Sur les 15 bombardiers que comptait l’expédition, 5 sont de façon certaine originaires de France, ce qui montre une nette prédisposition des Français pour cette fonction. Jacques serait donc le 6e.

 

 

Retour au listing des équipages

 

________

[1] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1852-1930), XLVI, p.67

[2] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1852-1930), LXVII p.201
Bernal, Relación de la gente que llevó al descubrimiento de la Especiería (2014), p.18 & p.27
Mazón Serrano, La Primera Vuelta al Mundo – La Tripulación, #92

[3] Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.7

[4] Bernal, Relación de la gente que llevó al descubrimiento de la Especiería (2014), p.18

[5] Référencés comme « Juan de Mesa » et « Bárbola ».
Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico  Hernando de Magallanes y sus compañeros documentos (1852-1930), XLVI, p.67
Bernal, Relación de expedicionarios que fueron en el viaje a la Especiería, sus procedencia, cargos y sueldos (2014), p.7

[6] D’autres sources indiquent encore « Tira Lorena ».

[7] Comme Florian La Porte : http://www.infobretagne.com/magellan-francais.htm

[8] Gumma y Marti, Semaine internationale des géographes, des explorateurs et des ethnologues (1922), p.59

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s