Luis de Mendoza

Nationalité Espagnol
Origine Castille, Espagne ?
Alias Loys de Mendoza [1]
Luis de Mendoça [9]
Navire Victoria
Fonction Capitaine – Trésorier de la flotte
Note(s)
Destin Décès (02/04/1520) – San Julián
  Luis de Mendoza est tué lors de la mutinerie de San Julián, le 2 avril 1520.

 

On ne sait pas grand-chose de Luis de Mendoza, si ce n’est qu’il serait né en Castille vers la fin du XVe siècle.

Par l’un des courriers royaux du 30 mars 1519, Luis de Mendoza est nommé trésorier de la flotte (tesorero) [2] et se voit attribuer la même prime que Juan de Cartagena [3] (ce qui tendrait à prouver l’importance du personnage). Magellan le nomme capitaine de la Victoria.

Dans l’Atlantique, au large des côtes guinéennes, le procès du maître de bord de la Victoria, Antonio Salomón, donne lieu à une altercation entre Magellan et Juan de Cartagena. Ce dernier est arrêté et mis aux fers. Mendoza demande alors à ce que le prisonnier lui soit confié et fait serment de le présenter chaque fois qu’il sera demandé. Ce que Magellan accepte. [4]

Bien qu’il semble en retrait de l’évènement, Mendoza participe à la mutinerie de Pâques (1er avril 1520). En premier lieu par la libération de Cartagena, puis en rejoignant les deux navires tombés aux mains des félons.
Il est tué par l’alguazil Gonzalo Gómez de Espinosa lorsque celui-ci vient reprendre la Victoria. Les circonstances exactes demeurent confuses, à cause de témoignages divergents.
Espinosa l’aurait poignardé à la gorge tandis qu’il lisait le message qu’il venait de lui remettre. Un second homme lui aurait porté ensuite un second coup fatal. [5] Espinosa aurait autrement attendu qu’il ait lu le document puis, voyant que Mendoza ne comptait pas se rendre, l’aurait poignardé à la gorge, tandis qu’un autre marin l’aurait attaqué à la tête. [6] D’autres sources indiquent qu’Espinosa aurait attaqué Mendoza dès la prise de la Victoria, ou bien que ce soit une autre personne qui ait tué le capitaine espagnol.
Les documents officiels stipulent que Luis de Mendoza, trésorier de la Victoria, a été poignardé par Espinosa le (lundi) 2 avril 1920. [7]

Le lendemain matin, Magellan demande à ce que le corps de Mendoza soit emmené à terre et démembré. De plus, sa traîtrise se voit consignée aux bans. [8]

 

Lors de leur retour en Espagne, les déserteurs du San Antonio laisseront entendre qu’Espinosa avait été payé par Magellan pour l’assassinat de Mendoza (voire qu’il lui avait promis tous les biens du gentilhomme). Les comptes-rendus du procès de la mutinerie de Pâques, très orientés et ne laissant aucune place à la défense des accusés, viendront nourrir cette thèse.
Cependant, il n’existe aucune preuve de cet arrangement et cela constitue sans doute l’une des nombreuses contre-vérités des témoignages de ces déserteurs, qui cherchèrent surtout à se faire bien voir des émissaires du roi et à minimiser leur traitrise en chargeant Magellan.

 

 

< Retour au listing des équipages

 

________

[1] Pigafetta, Primer viaje alrededor del Globo, (trad. Peillard p.115)

[2] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), XXIII, p.32

[3] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), LXV, p.198

[4] Queirós Veloso, Revue d’histoire moderne : Fernao de Magalhaes, sa vie et son voyage (1939), p.469-470
Navarrete, Historia de Juan Sebastián del Cano (1872), p.37
également via Wikipédia :
– Beaglehole, The Exploration of the Pacific (1966)
– Bergreen, Over the Edge of the World: Magellan’s Terrifying Circumnavigation of the Globe (2003), p.92-93

[5] Queirós Veloso, Revue d’histoire moderne : Fernao de Magalhaes, sa vie et son voyage (1939), p.474

[6] Navarrete, Historia de Juan Sebastián del Cano (1872), p.42

[7] Medina, El descubrimiento del Océano Pacífico : Hernando de Magallanes y sus compañeros (1852-1930), LXVIII, p.220
Bernal, Declaracion de fallecidos en el viaje, #4 (p.2)

[8] Queirós Veloso, Revue d’histoire moderne : Fernao de Magalhaes, sa vie et son voyage (1939), p.475
Bernal, Sucesos desafortunados de la Expedición (2015), p.6

[9] Sir Stanley, The First Voyage Round the World : The Genoese Pilot’s Account of Magellan’s Voyage (1874)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s